Conduite hivernale : conseils pratiques

Back to the list

Le Québec est l’une des régions du monde où les phénomènes météorologiques liés au froid sont les plus impressionnants. La conduite hivernale est donc particulièrement dangereuse et difficile à gérer, aussi bien pour des conducteurs débutants que pour les plus chevronnés. Voici donc quelques astuces à mettre en pratique dès cet hiver pour améliorer votre confort sur la route et éviter les situations à risque.

Les deux phénomènes associés à la perte d’adhérence en conditions hivernales sont le sous-virage et le survirage. Dans une troisième partie, nous reviendrons sur l’importance de l’entretien des pneus en hiver. 

Comment réagir face au SOUS-VIRAGE ?

engine_dsc1.jpg

 

 

Le constat :

Durant un sous-virage, votre véhicule ne se dirige pas forcément dans la direction quevous souhaitez et vous restez bloqué dans la même direction, malgré vos tentatives de tourner. Se retrouver dans une voiture qui refuse de tourner peut être très stressant et le sous-virage est une des situations les plus difficiles à contrôler sur une route glissante.

La perte de contrôle dans un sous-virage est généralement causée par une :

  • Une vitesse excessive à l’approche de ce dernier,
  • Une tentative de freinage avec manipulation du volant.

Les solutions :

1-      Ajuster la vitesse à l’abord du virage

Il convient donc d’ajuster votre vitesse avant d’entamer le virage.

Pour contrôler au mieux, votre voiture sur une route glissante, il est impératif de n’utiliser qu’une commande à la fois. Dans les virages sur chaussé glissante, il ne faut ni freiner ni accélérer, mais plutôt avancer en roue libre à travers le virage en manipulant seulement le volant. La bonne façon de négocier un virage est de freiner sur la ligne droite qui le précède et d’ajuster votre vitesse. Lorsque vous commencez à redresser le volant en sortant de la courbe, accélérez doucement en sortie de virage.

Que faire si vous n’êtes pas parvenu à ajuster votre vitesse correctement ?

Tout d’abord, il y a plusieurs choses à ne pas faire : 

  • Ne pas augmenter votre angle de braquage car les pneus ont déjà perdu en adhérence et augmenter l’angle ne ferait qu’empirer les choses. 
  • Ne freinez surtout pas ! Les pneus avant sont déjà en dérapage, de plus la pression de freinage pourrait là encore se révéler problématique.

2-      Lever le pied du frein

Alors, que pouvez-vous faire ? Honnêtement, cela va être compliqué ! Regardez droit devant vous, essayez d’anticiper, et ne paniquez surtout pas ! La meilleure façon de se sortir d’un sous-virage consiste à lever le pied du frein. 

3-      Réduire l’angle de braquage

Il est judicieux à ce moment précis de réduire lentement l’angle de braquage. Vos meilleurs atouts sont donc une meilleure adhérence associée une vitesse plus lente.

4- Expérience et ressenti

Enfin, l’expérience et la pratique seront vos meilleures armes. En effet, les conseils d’ordre théorique ne valent pas l’expérience du terrain, et après quelques situations stressantes de sous-virage, vous serez mieux à même de réagir. De même, le ressenti que vous avez vis-à-vis du véhicule pourra vous être d’une aide précieuse pour anticiper les problèmes. 

Comment réagir face au SURVIRAGE ?

Le constat :

Contrairement au sous-virage qui engendre un blocage du véhicule lorsque vous souhaitez tourner, le survirage se produit lorsque votre voiture tourne davantage que vous ne le souhaitez. Il est causé une perte d’adhérence des pneus arrière.

 

350px-ImplantationJ1.svg_

 

Les solutions : 

1-      Ajustez votre vitesse

Le survirage résulte d’un excès de vitesse à l’abord du virage. Si vous décélérez brusquement, le poids de la voiture est transféré vers l’avant, donnant moins d’adhérence aux roues arrière et permettant à la force centrifuge de tirer l’arrière de la voiture vers l’extérieur de la route. Pour éviter le survirage, ajustez votre vitesse avant le virage et soyez attentif aux réactions de la voiture : si l’extrémité arrière commence à pivoter, vous serez en mesure d’anticiper les problèmes.

 2-      Accélérer en douceur

Si votre voiture commence à perdre de l’adhérence sur les roues arrière en raison de ce transfert de poids, il est utile d‘accélérer en douceur pour transférer le poids vers l’arrière, tandis que vous tournez le volant dans la même direction de glisse de l’extrémité arrière.

3-      Anticipez

N’oubliez pas de garder un œil sur la direction à prendre et d’être sensible aux sensations de la voiture. De cette façon, vous serez prêt à ajuster les commandes lorsque vous reprendrez les rênes. Si vous ne vous dirigez pas vers votre direction initiale avant que la voiture ne se redresse, vous pourriez finir par déraper dans la direction opposée. Ceci s’apparente un anti-dérapage.

4-      Ajustez la pression de l’accélérateur (véhicules à traction arrière)

Sur les voitures à traction arrière, assurez-vous que le survirage n’est pas causé par une simple rotation de la roue. Si tel est le cas, ajustez la pression de l’accélérateur pour éliminer le patinage des roues.

« L’équilibre et la finesse sont les clés pour contrôler une voiture qui est proche de la limite d’adhérence. » 

 

 

L’entretien des pneus d’hiver 

En hiver, l’entretien des pneus doit être vérifié avec soin. Les pneus d’hiver comportent généralement des géométries agressives qui sont plus sensibles à l’usure irrégulière (cette dernière pouvant être causée par un mauvais alignement de la suspension ou des pièces d’usure).

1-      Alignement : 

Il est préférable que l’alignement de votre véhicule soit vérifié et corrigé au moins deux fois par an. Un alignement au printemps (à l’aide des paramètres d’alignement de performance) pour préparer l’été et un autre en automne (avec réglages recommandés du constructeur) pour être prêt pour l’hiver.

2-      La pression des pneus en hiver :

Les pneus ne supportent pas véritablement le poids de votre véhicule… C’est la pression d’air à l’intérieur des pneus qui permet cette stabilité. Et le maintien d’une pression d’air correcte est une exigence pour une bonne maniabilité, une bonne traction et une bonne longévité de vos pneus.

La pression des pneus recommandée dans le manuel du propriétaire de votre véhicule ou sur l’étiquette d’information du pneu est la pression « à froid », il est donc préférable de vérifier les pneus dans la matinée avant de conduire.< /p>

L’automne et le début d’hiver sont les périodes les plus critiques pour vérifier la pression de vos pneus parce que l’air est un gaz qui se contracte lors du raccourcissement des jours et des baisses de températures.
Dans la plupart des régions du pays, le différentiel des températures hivernales avoisine les  -50 degrés F. Cette différence se traduit par une perte d’environ 5 psi, (compter 1 psi tous les – 10 degrés), ce qui diminue les performances des pneus et augmente leur usure !

Même dans le cas où vous stationnez votre voiture dans un garage climatisé, les pneus subiront une perte de pression dès lors que vous serez confronté au froid extérieur. Dans ce cas, ajoutez 1 psi de pression des pneus « à froid » pour compenser chaque différence de 10 degrés.

Pour finir, vérifiez bien vos bouchons de valve, car l’humidité peut geler dans la valve et permettre à l’air de s’échapper.

Afin d’éviter les désagréments avec la pression de vos pneus, nous vous recommandons de les gonfler à l’azote. Nous vous invitons à consulter notre article sur l’azote !

En résumé : Conseils de conduite hivernale

La conduite sûre dans des conditions hivernales exige de bonnes connaissances, des compétences et quatre pneus d’hiver dotés d’une bonne bande de roulement.

  • Conduisez en ayant les deux mains sur le volant. À tout moment.
  • Avant de prendre un virage, ralentissez tout en dirigeant le véhicule droit devant vous.
  • En abordant le virage, maintenez une vitesse réduite et uniforme. Si vous accélérez brusquement, vos pneus pourraient perdre leur adhérence.
  • En virant, ne faites pas de mouvement brusque du volant de direction.
  • Freinez uniquement en ligne droite avant de tourner et de manière progressive. Ne freinez pas en virant.
  • Augmentez de beaucoup la distance entre votre véhicule et celui qui vous précède.
  • Si vos roues bloquent et dérapent, relâchez la pédale de frein pour récupérer de l’adhérence, puis ralentissez et freinez lentement.
  • Évitez de changer de voie si vous conduisez dans de la neige fondante. Il est préférable de changer de voie lorsqu’il n’y a pas de neige fondante sur la chaussée.
  • Si vous utilisez des chaînes, vérifiez que le dégagement entre le pneu et le véhicule est adéquat de même que celui entre les pneus jumelés.

Bonne conduite !

Le site de Michelin Canada vous offre beaucoup de contenus très intéressants sur la conduite hivernale.  Vous pouvez visiter http://www.centrehivermichelin.ca/ pour plus d’informations.

Pour terminer, voici 3 vidéos plutôt intéressants.

Comment gérer les survirage et sous-virage.

Les mythes sur la traction intégrale en hiver

Et les sorties lors d’un virage serré

 driving the muppets kermit the frog fozzie bear fozzie GIF

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *